Retour de Véloscénie : des vacances peu reposantes

retour véloscénie

Comme je vous l’ai vanté il y a quelques semaines, PiouPiou et moi sommes partis en vacances fin juin pour la Véloscénie. Notre objectif était de relier le Mont-Michel en une semaine et de faire le trajet back to Paris. Retour de Véloscénie !

Côté préparation, on était plutôt bons (cf précédent article sur la Véloscénie), enfin c’était sans compter les impondérables et une météo des plus capricieuses.

Semaine 1 : Paris >> Le mêle sur Sarthe

Tout commençait bien sous le soleil. Nous avons traversé Paris tranquillement pour rejoindre Versailles et le château du roi soleil sans véritablement suivre le tracé de la Véloscénie car les indications étaient quasi-absentes. Près du domaine de Versailles, le sol était parfois un peu humide mais rien de bien méchant.

retour-veloscenie--

Nous avons donc pris quelques photos en souvenir (pour faire nos stars 😉 ), puis avons continué notre route.

Retour de veloscenie

Nous avons rejoint Rambouillet et là, la situation s’est bien compliquée. Les chemins étaient impraticables : boue, ornières et foule de moustiques au rendez-vous. Les jours précédents avaient été bien mouillés et le sol était encore imprégné. Nos vélos ont donc bien souffert. Ils en ont d’ailleurs gardé les traces tout au long du trajet. Nos chaussures entièrement immergées dans les flaques d’eau et de boues. Et pour accompagner le tout, la pluie nous a accompagné jusqu’au camping, qui lui-même était en mauvais état (surtout pour les cyclistes en fait, car le terrain était moins entretenu que l’espace réservée au parking des voitures !). Les 70 premiers kilomètres nous ont laissé un goût amer, le moral en baisse.

Le lendemain, chaussures trempées au pied, nous avons continué notre chemin en traversant Rambouillet et son joli jardin…

Sauf que le pluie ne nous a pas quitté de la journée. Fin de journée totalement épuisée et démoralisée, PiouPiou me propose d’éviter une nouvelle nuit dans un camping douteux au profit d’une nuit dans un gîte, douillet (de quoi passer la nuit au chaud, sécher nos vêtements et nos chaussures surtout). Nous avons donc dormi à Maintenon.

Le lendemain matin, reposés, nous avons décidé de poursuivre le chemin (honnêtement, j’étais à deux doigts de rentrer directement par train, tellement les 2 premiers jours étaient démoralisant pour des vacances). Finalement, nous avons rejoint Chartres où le chemin de la Véloscénie était bien mieux indiqué qu’auparavant.

Puis, Meslais-le-grenet et Illiers-Combray sous un temps plus favorable.

Retour de veloscenie

Nous avons passé 2 nuits au camping d’Illiers-Combray à cause de la pluie qui n’a pas cessé. Cela nous aura permis de faire l’aller-retour jusqu’à Brou laver notre linge à la laverie automatique, sous la pluie et face au vent mais au moins sans nos bagages ni la remorque.

Puis, au retour d’un temps correct, nous avons repris le chemin pour rejoindre avec bien du mal Thiron-Gardais, un gros exercice de montées, mais surtout de descentes. On ne pensait qu’au moment où nous devrions faire le trajet retour et toutes les montées qui nous attendaient (rire jaune !). Nous avons finalement posé bagage au camping municipal de Nogent-le-Rotrou.

Retour de veloscenie

La suite était nettement plus agréable en termes de trajet : à mi-chemin entre Rémalard et Mortagne-au-Perche. La situation s’est alors compliquée lorsque la chaîne de PiouPiou s’est cassée. Mais tout allait bien, il avait pensé à acheter un dérive-chaine au cas où… Sauf que après plusieurs essais infructueux, le dérive-chaine s’est cassé lui aussi. Nous étions au beau milieu d’un chemin de campagne loin de tout. Zen, zen, zen… Nous avons alors décidé de nous séparer. Il était environ 15 heures quand PiouPiou a pris mon vélo trop petit pour lui et sans les bagages pour rejoindre la prochaine ville – Mortagne-au-Perche, à environ 15 km où il y avait une boutique de location de vélo (ils pourraient peut-être nous venir en aide) tandis que je restais avec son tricycle couché, la remorque et mes bagages. Je l’ai poussé pendant un certain temps histoire de m’avancer un peu et me rapprocher un peu de la ville.

Environ une heure après nous être quittés, PiouPiou était arrivé à Mortagne mais il avait fait chou blanc à la boutique de location. Il a alors tenté la boutique Peugeot selon les conseils de Google. Et enfin, il a pu acheter une chaîne de rechange et le mécanicien lui a prêté un dérive-chaine (bien plus costaud que celui qu’avait acheté PiouPiou et qui avait cassé en moins de deux).

Une heure plus tard, contente de revoir PiouPiou car je commençais à avoir peur de faire une mauvaise rencontre seule au milieu de cet espèce de bois. Une fois le vélo réparé, nous avons décidé de nous poser pour la nuit à La Chapelle-Montligeon, dans un camping tout en haut d’une colline (je ne cache pas que j’ai pas mal poussé mon vélo) près de la magnifique basilique Notre-Dame de Montligeon.

Camping désert mais bien entretenu et avec de l’eau chaude dans les sanitaires. Le coin faisait un peu peur car vraiment très isolé. Il ferait un parfait lieu pour faire une retraite spirituelle ou alors pour tourner un film d’horreur… Une sensation très étrange !

Retour de veloscenie

Après une bonne nuit de repos réveillés par les oiseaux, nous avons continué notre route jusqu’à Saint-Julien-sur-Sarthe, une petite ville calme et paisible.

Une semaine étant déjà passée, il nous restait une semaine pour faire le trajet retour. Vu les conditions dans lesquelles nous avons passé la première semaine, nous avons préféré ne pas prendre de risques et prendre la route vers Paris.

Semaine 2 : Le mêle sur Sarthe >> Paris

La deuxième semaine de notre parcours Véloscénie s’est bien mieux déroulée que la première (ça fait du bien). D’ailleurs, nous avons pris bien de l’avance grâce à une bonne météo et une route un peu plus en descente qu’à l’aller. Nous avons donc décidé de nous poser une journée de plus à Chartres et nous mettre en mode touriste. Au programme : visite de la cathédrale et de la tour pour admirer la vue panoramique sur la ville.

Retour de veloscenie

Ensuite, nous avons décidé de contourner Rambouillet afin de ne pas retomber sur le premier camping de nos vacances, en passant par Condé-sur-Vesgres.

Le lendemain, direction Versailles, sans problème, avec le soleil.

Et c’est en approchant Paris, à Vélizy dans une belle descente que PiouPiou s’est rendu compte que son axe de roue droite déviait, la roue menaçant de se désolidariser du vélo. Heureusement qu’il s’en est aperçu (ça aurait pu finir très mal !). Direction Norauto à seulement quelques mètres pour voir s’ils avaient une pièce de rechange… Mais non. PiouPiou a alors décidé de revisser tant bien que mal son axe de roue pour repartir tout doucement et en évitant le moindre choc pour le vélo. Nous avons roulé plus lentement mais avons finalement rejoint la maison.

Retour de Véloscénie

Heureusement que les mésaventures des premiers jours n’ont pas trop duré car j’aurai eu du mal à aller plus loin. Il faut prendre du plaisir pendant ses vacances, autrement ça ne sert à rien !

Avec ces conditions peu favorables, nous n’avons pu faire que la moitié du trajet… Dommage que nous n’ayons pas pu aller au bout de l’aventure. C’est vrai que ça aurait été super de rejoindre le Mont-Saint-Michel !

Je retiens tout de même que j’ai battu mon record de km avec plus de 550 km en 2 semaines. 🙂 Et avec un trajet bien plus mouvementé et vallonné que la Loire à vélo que nous avions fait l’année dernière. C’est encourageant !

Je n’ai pas encore d’autres projets de vacances à vélo de prévu pour l’instant, mais je garde en tête de faire l’autre moitié de la Loire à vélo, de Angers à Saint-Nazaire.

Et vous, des projets vélo ?

 

 

Share This:


One thought on “Retour de Véloscénie : des vacances peu reposantes”

  1. Quelle expérience ! J’ai lu toutes vos belles aventures 🙂 Dommage que vous ayez eu du mauvais temps ! Vous pouvez être fiers ! ça en fait des km 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2016 - Emilie from Paris